Unpaved roads of Dust

by Monmix

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

    Includes CD cover back & front
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Hey, comment ça s'appelle déjà cette colline où on n'ira pas? 'Taumatawhakatangihangakoauauotamateaturipukakapikimaungahoronukupokaiwhenuakitanatahu' Chorale Connaissez-vous le blues de Cajun l'alli ? Qui rêvait d'voir ses cousins, la-haut en Acadie ? De Lake Martin à la Nouvelle Orleans La trace était facile De son bayou à l'océan sur l'eau toujours gracile mais une fois à la grand ville il perdit son élan distrait par les futiles lumières des estivants Longtemps dans Bourbon street il erra, sans comprendre la raison du pourquoi ces hommes bruyant en emoi s'extasiaient au son des tubas Le zidéco il connaissait mais le jazz c'était autre chose le temps que son oreille s'y pose d'un autre son déjà il rêvait Autant prévenir tout de suite, ami, Il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient Qu'on est le mieux servi. Autant prÈvenir tout de suite, ami, Il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient Qu'on est le mieux servi. Majestueux sur le delta du Mississipi de grands bateaux à aube plein de promesses mais aucun n'accepte les alli c'est donc à pied que Cajun poursuit sa messe Sur la 61 Highway suivant le fleuve jusqu'à Memphis et puis plus loin vers thunder bay vers quel destin son corps se glisse ? Sur le chemin echos résonnennt d'autres pionniers de la blues highway Sykes, Kelly, Batts et les Sparks chantaient et dans son coeur change la donne d'une impulsion il fait demi-tour le vrai message le prend aux tripes qui lui sussure l'espÈrance de retour du blues il ne garde qu'un beat Autant prévenir tout de suite, ami, Il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient Qu'on est le mieux servi. Autant prÈvenir tout de suite, ami, Il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient Qu'on est le mieux servi. De km en km il reprend la route en sens inverse pour retrouver le grand bien Ítre de son bayou la douce ivresse mais pour conclure en hamburgerentre deux tranches de pain de mie la vérité l'effroi l'horreur C'est là qu'Cajun finit sa vie C'est d'là qu'on vient qu'on est le mieux servi (bis) c'est triste mais c'est ainsi
2.
Garçon un café, j'aimerais un café s'il vous plait Expresso por favor No americano par favor Un café un vrai, avec un goût de café Se prélasser sans effort Arrêt sur image un café Et sentir son odeur de café S'il vous plait, s'il vous plait Il voudrait un café, Un café vrai de vrai Le monsieur te demande un café, Juste un café Quisiera un café, De verdad un café El Senor te pide un café, solo un café Montréal, New-York, Dallas, Mexico Café café dondé estas ? Un petit noir à la terrasse Garçon un café j'aimerais s'il vous plait Pas de l'eau chaude vaguement parfumée ni la lavasse cent fois diluée Garçon vraiment juste un café. Vorrebe un caffe, un vero, vero caffe Il signore ti chiede un caffe, solo un caffe Il voudrait un café, un café vrai de vrai Le monsieur te demande un café, juste un café
3.
Une enclave dans le désert Dans les brasiers de ses enfers des satyres qui nous attirent brûler les ailes des éphémères Alors qu'ailleurs, Paris se meurt Pendant qu'ailleurs, Paris, se meurt Le cliquetis diabolique des Deus ex-machina Exsude des bâtiments stoïques aux bougies qui s'allument là-bas... Alors qu'ailleurs, Paris se meurt Pendant qu'ailleurs, Paris, se meurt Tandis qu'ici, le chic et le fric coulent à jamais le long du Strip Sous les lumières factices éternelles des casinos en ribambelle Alors qu'ailleurs, Paris se meurt Pendant qu'ailleurs, Paris, se meurt Même quand les jetons jusqu'au dernier se sont glissés jusqu'au croupier La limousine tarde à venir un verre de gin pour patienter Alors qu'ailleurs, Paris se meurt Pendant qu'ailleurs, Paris, se meurt Le show n'est pas prêt de s'arrêter à toutes heures le volcan doit éructer Et la cantatrice peut s'échauffer Le show n'est pas prêt de s'arrêter Alors qu'ailleurs, Paris se meurt Pendant qu'ailleurs, Paris, se meurt Dice are rolling on the tables, bodies are lying on the floor Dice are rolling on the table, what’s going on, I don’t know Some dreams, some nightmares, is there a place to settle down And who’s gonna take care of that mess, who is gonna make the last dance Will you start to get down will you take another bet on your fate Will you start to get down will you see just how far it can get Will you start to get down will you fall into sweet dreams in your bed Will you start to get down will you and by the time Paris is dead
4.
La nuit s'éveille, pour un soir encore Mais pour qui brillent-elles ces étoiles, sur ces décors Artificiels Le long de Fremont Street, les vagues humaines se font et se défont Au rythme des concerts, mi-anges, mi-démons Superficielles On n'en voit pas le bout, on n'en voit pas la fin Toutes ces lumières éclairent-elles un chemin ? Si à Paris des âmes s'en sont allées Il semble qu'ici aucune n'ait vraiment tremblé… Démentiel La rue s'achève comme elle a commencé. A gauche l'ATM distribue des lingots A droite un bar et des danseuses à gogos. Et au-delà, il n'y a plus rien Existentiel Des vies qu'on fauche en pleine barbarie. Au Bataclan, le chant funèbre se poursuit Et au-delà, des vautours aux aguets sont déjà prêts à lever leurs armées Les yeux au ciel Lennon disait qu'il fallait se méfier "Everybody's talking 'bout Bagism, Shagism, Dragism, Madism, Ragism, Tagism, This -ism, that -ism, ism ism ism..." Paris, Vegas, à chacun son désert Paris Vegas, qu'il meurtrisse les chairs ou assèche les esprits Tout ça, est-ce bien réel ? Paris Vegas Downtown Paris Vegas La rue s'achève comme elle a commencé, On ne sait plus où on va, pourquoi on traine les pieds Quand sous nos pas se dessine une tour et trois couleurs faciles à deviner 'Pray for Paris' Un artiste a sous-titré. C'est dans la ville que l'on croyait damnée Finalement au bout du bout quand toutes les voix se sont taries Que les larmes peuvent enfin s'écouler. Universelles On n'en voit pas le bout, on n'en voit pas la fin Toutes ces lumières éclairent-elles un chemin ? Si à Paris des âmes s'en sont allées Il semble qu'ici aucune n'ait vraiment tremblé… Démentiel
5.
Où sont donc passés les bisons d'antan Ceux qui ont jadis foulé ces vastes contrées Que sont devenus les plumes et les flèches Qui firent mon enfance sur ces terres brulées Quand passe un convoi de diligences rouges Les trompettes annoncent la fière et belle cavalerie Deux hommes face à face et la tension monte Sur un fond sonore d'Ennio Morricone Quand le soleil mord mes paupières se ferment Et je peux revoir leur ultime danse Quand le soleil mord, mes paupières se ferment Arizona dream Un colt Peacemaker, une Winchester sciée Déjà dissipée l'odeur de la poudre Je jette un coup d'œil derrière un rocher File un cavalier du pony express et son courrier D'ici je devine quittant leur bivouac Sept formes indistinctes une grande chevauchée Quand le soleil meurt mes paupières se ferment Et je peux revoir une dernière séance Quand le soleil meurt mes paupières se ferment Et je peux revoir une dernière séance Quand le soleil meurt, mes paupières se ferment Arizona dream I’m in Arizona, I close my eyes Arizona makes me travel in time The wind and the heat are bringing my soul On the trace of my heroes Will you fall with me in Arizona Dream?
6.
Zipolite 02:19
Si je dois me perdre un jour Dieux faites que ce soit à Zipolite Dieux êtes-vous vraiment capable de suspendre le sable de la clepsydre Avant qu'elle ne se vide ? Si j'avais été pirate ou flibustier C'est ici que j'aurais jeté l'ancre Si j'avais été simple poète esseulé C'est sur ce sol que j'aurais puisé mon encre Dormir sur la plage Avant que les vagues ne me brisent Dieux puisque c'est une prière Veillez aux portes de Zipolite Si je dois me perdre un jour Dieux faites que ce soit à Zipolite Dieux êtes-vous vraiment capable de suspendre le sable de la clepsydre Avant qu'elle ne se vide ? Que seuls les fous, les moins que rien, les oubliés et les fugueurs, les évadés, les chiens errants, y trouvent refuge dans leur exil Et sur le rivage en épitaphe Juste avant que les vagues ne le brisent, un Carpe Diem au soleil couchant S'efface dans la fuite du temps... Si je dois me perdre un jour Dieux faites que ce soit à Zipolite Dieux êtes-vous vraiment capable de suspendre le sable de la clepsydre Avant qu'elle ne se vide ?
7.
Nourri de rêves aseptisés Bercé d'illusions banalisées Ton horizon au coin de la rue Du toit d'un hlm ta meilleure vue Qu'est-ce que tu fous ? Qu'est-ce que tu fous, là ? Jouer au fou pour d'autres fous ici-bas Pose tes souliers au bord du chemin Dorénavant tu n'en as plus besoin Ici l'on va nus pieds et la poussière virevolte Elle dessine sous tes pas ton nouveau chemin, ta voie Ici l'on va nus pieds et tu verras mon pote Qu'il n'y a pas qu'avec les mains qu’on se trace un destin Tu crois t'évader de ta geôle Sans voir combien ta came isole Ton regard trouble en dit bien plus Que n'importe quelle barrière de terminus Qu'est-ce que tu fous ? Qu'est-ce que tu fous, là ? Jouer au fou pour d'autres fous ici-bas Pose tes souliers au bord du chemin Dorénavant tu n'en as plus besoin Ici l'on va nus pieds et la poussière virevolte Elle dessine sous tes pas ton nouveau chemin, ta voie Ici l'on va nus pieds et tu verras mon pote Qu'il n'y a pas qu'avec les mains qu’on se trace un destin Le temps s'écoule au rythme des marées ou celui de ta gnole entre chaque lampée A trop jouer les Francis Drake En rade dans ce rade le corps à sec Qu'est-ce que tu fous ? Qu'est-ce que tu fous, là ? Jouer au fou pour d'autres fous ici-bas Pose tes souliers au bord du chemin Dorénavant tu n'en as plus besoin Ici l'on va nus pieds et la poussière virevolte Elle dessine sous tes pas ton nouveau chemin, ta voie Ici l'on va nus pieds et tu verras mon pote Qu'il n'y a pas qu'avec les mains qu’on se trace un destin
8.
Qu'il parle espagnol, english ou bélizéen, On s'en fiche papa lui c'est mon copain De mon hamac où je me la coule douce, Une petite voix me glisse ce tendre refrain Je lève les yeux et j'aperçois au loin Courir des gnomes qui se tendent les pouces Papa tu sais on peut se faire des gestes Viens avec moi on peut le faire comme ça Quand je te touche, tu sais que t'es le chat, En se comprend du nord au sud et d'ouest en est Enfant la terre est ton terrain de jeu Sans autre frontière que celle des quatre coins Pour t'amuser tu n'as besoin de rien Pour être heureux il te suffit d'être deux. Papa tu sais je serais bien resté Encore un peu le temps d'une autre partie Tu sais papa c'était presque un ami On n'a pas vu le temps, pas vu le temps passer. Il te faut maintenant retrouver tes billes Les jeux sont faits, c'est l'heure des au-revoir Signe de la main, on pointe le ciel du soir, Demain on recommence mais dans une autre ville. Enfant la terre est ton terrain de jeu Sans autre frontière que celle des quatre coins Pour t'amuser tu n'as besoin de rien Ici où là tu te contentes de peu.
9.
Guatemala 03:14
A l'arrière de ton truck, tu te rappelles à moi, Guatemala. Pour quelques km, tu nous ramènes vers toi Guatemala. Derrière nous le filet d'huile et les heures sombres pour quelques km, je suis chez toi Guatemala. Presque sortis du Nicaragua, presque arrivés au Costa Rica, c'est l'un des tiens Guatemala qui nous tend la main Guatemala. A l'arrière de ton truck Guatemala ces battements de coeur là ne sont que pour toi. A peine arrivés au Costa Rica, à peine sortis du Nicaragua, c'est avec l'un des tiens Guatemala qu'on poursuit le chemin Guatemala. Juste derrière ton side Guatemala Ces battements de coeur là ne sont que pour toi. Juste derrière ton side Guatemala pour quelques km, tu nous emmènes avec toi Guatemala. Derrière toi la paperasse et les heures sombres pour quelques km on est avec toi Guatemala, qu'on soit chez toi, Guatemala, qu'on soit loin de chez toi, Guatemala, on reste avec toi, Guatemala, avec nous, un peu de toi Guatemala, qu'on soit chez toi, Guatemala, qu'on soit loin de chez toi, Guatemala, on reste avec toi, Guatemala, avec nous, un petit bout de toi A l'arrière de ton truck ou juste derrière ton side Guatemala t'es trop loin de chez toi, Guatemala Qu'on est loin de chez toi. Guatemala, t'avais tant à donner, Guatemala sur la route de Tikal à Champey, Guatemala, tant de bonheur déjà, Guatemala, entre Coban et Antigua Guatemala t'avais tant à donner, Guatemala que tes frontières n'ont pu résister. Guatemala n’ont pu résister, Guatemala Si loin déjà, si loin déjà, entre le Nicaragua et le Costa Rica rivés à Rivas, libérés à Libéria, c'est encore un peu de toi, Guatemala, Un bout de toi, Guatemala, Un coeur qui bat, qui bat Guatemala.
10.
Du Darien Gap faut se méfier Fieffé coquin garde un secret crees que el camino no existé tener razón no razón sonne et résonne dans la forêt réponse aux questions inavouées voué à l'échec, personne ne passe assez palabré faut y aller... Alléloui'advienne que pourra Hourras sont à toi si tu sors de là De la jungle qui saigne la machette Eternel combat jamais vainqueur coeur sensible faut s'accrocher chercher refuge inexploré oraison des grandes épopées péril digne d'un Bob Morane Années d'exil en perspective ivresse des brumes de la folie litanie qui toujours se poursuit suivre la pierre du fils d'Eole Holly Olympe inaccessible cible parfaite des Langoliers liés corps et âmes à l'enfer fermer le livre de Jumanji J'irais jusqu'à relancer les dés découvrir d'autres parties cachées chez les déments aux yeux d'éther errance d'un jour d'une éternité terrible destinée à tourner en rond rongé par ce foutu temps perdu... The darien gap is an eternal D gap The darien gap is an eternal D gap Ad vitam eternam, ad vitam eternam Du Darien Gap faut se méfier Fieffé coquin garde un secret crees que el camino no existe tener razón o no razón Sonnent les trompettes de Jericho Comme un murmure de sous la terre terrible destinée à tourner en rond rongé par ce foutu temps perdu... Du Darien Gap faut se méfier Fieffé coquin garde un secret crees que el camino no existe tener razón o no razón Sonnent le cor de Galaad Ad vitam, aeternam
11.
Tous les sommets gardent une de leur face cachée, comme ces cailloux qu'ensemble, on empilait Toi tu disais qu'à trop les regarder, on finirait par passer de l'autre côté Là où la nuit a tant d'étoiles à donner Tous les sommets valent la peine d'être montés, même si je désespère d'un jour t'y retrouver Te souviens-tu de nos courses effrénées, à respirer le même air, du lever au coucher Que me reste-t-il aujourd'hui de cet Eden passé, Au-delà du seuil, où l'oxygène vient à manquer Quand ton absence se transforme en brasier, que même la coca ne souhaite pas apaiser Etais-tu là ou l'ai-je rêvé ? Tous les sommets gardent une de leur face cachée, comme ces cailloux qu'ensemble, on empilait Avec toi j'avais en tête ce cliché, je pensais qu'à deux on se multiplierait Pour faire de notre monde une infinité Tous les sommets valent la peine d'être montés, même si je désespère d'un jour t'y retrouver Te souviens-tu de nos courses effrénées, à respirer le même air, du lever au coucher Aujourd'hui j'ai même vu le Mont blanc pâlir Ces plateaux des Andes ont tellement plus à offrir A 4 mille 8, j'ai dansé avec nos souvenirs avant de sombrer dans un ultime soupir Etais-tu là dans mon délire ? Tous les sommets gardent une de leur face cachée, comme ces cailloux qu'ensemble, on empilait Et je continue de faire ces cairns insensés, comme quand on s'en allait grimper Autant de vœux jamais exaucés Tous les sommets valent la peine d'être montés, même si je désespère d'un jour t'y retrouver Te souviens-tu de nos courses effrénées, à respirer le même air, du lever au coucher J'ai pris tous mes virages à la corde, hier mais la Camarde était occupée en enfer Elle n'a pas su que je la narguais comme naguère Pour te rejoindre faut-il que je m'adresse au Père ? Etais-tu seulement là dans mes prières ? Tous les sommets gardent une de leur face cachée, comme ces cailloux qu'ensemble, on empilait Toi tu disais qu'à trop les regarder, on finirait par passer de l'autre côté Là où la nuit a tant d'étoiles à donner Tous les sommets valent la peine d'être montés, même si je désespère d'un jour t'y retrouver Te souviens-tu de nos courses effrénées, à respirer le même air...... Ce matin d'hiver hante encore toutes mes nuits quand ta présence d'un coup s'est évanouie De l'autre côté, je l'espère, tu poursuis notre quête débridée d'infini Seras-tu là quand tout sera fini ?
12.
Bonjour, vous êtes bien en relation avec les services aux globe-trotters, pour continuer, tapez 1 Pas d'café... du maté Pas de pain ? Des biscottes Pas d'Nutella ? Dulce de leche Pas d'Nocciolata ? Arequipe Pas d'repas ? Pas d'repas ! Pas d'panique, pas d'panique, la terre a pas fini de tourner, on retombe toujours sur nos pieds... Bonjour, vous êtes bien en relation avec les services aux globe-trotters Pour les services en anglais, tapez 1, pour les services en bélizéen, tapez 11 Pas d'eau chaude ? Une douche froide Pas de douche ? ...euh, pas de douche Pas d'laundry ? Vêtements sales Pas d'TV ? Pas d'regrets Pas d'bouquins ? Pas Possible ! Pas d'panique, pas d'panique, la terre a pas fini de tourner, on retombe toujours sur nos pieds... Bonjour, vous êtes bien en relation avec le répondeur des services aux globe-trotters, Nos services sont fermés pour le moment, veuillez rappeler ultérieurement Pas d'batterie ? Lampe de poche Pas d'wifi ? Pas d'nouvelles Pas d'frigo ? Pas d'yaourt Pas d'coiffeur ? Pas d'couleur Pas d'camping ? Pose-toi là Pas d'panique, pas d'panique, la terre a pas fini de tourner, on retombe toujours sur nos pieds... Bonjour, vous êtes bien en relation avec les services aux globe-trotters, Tous nos opérateurs sont occupés pour le moment, veuillez patienter quelques instants Pas d'asphalte ? On se tâte... Pas d'caméra d'recul ? Plus d'pare-choc Pas d'billets d'avion ? Pas d'billets d'avion ! Pas d'cargo ? Pas d'retour Pas d'billets d'avion ? Toujours pas d'retour Pas d'panique, pas d'panique, la terre a pas fini de tourner, on retombe toujours sur nos pieds... Bonjour, non, nous n’avons pas de pompe à vélo, Vous avez dû vous tromper de numéro ici c’est la boucherie Sanzot Pas d'verrou aux chiottes ? Porte ouverte Pas d'PQ ? Des Kleenex Pas d'Kleenex ? Du PQ Pas d'dump station ? Pas facile Pas d'déo ? Non mon gars, pas possible ! Pas d'panique, pas d'panique A part ça on a manqué de rien ! Quelque part on trouve toujours un chemin Bonjour Madame, le 421, s’il vous plait, pas le 431, le 421, pas le 431 Bonjour, par suite d’encombrements, votre appel ne peut aboutir pour le moment Veuillez rappeler ultérieurement
13.
Son premier cri, de sel béni, c'est ici qu'a commencé sa vie Des pleurs de la terre, d'une époque oubliée, Il reçut naguère, le don sacré Ses yeux sont la somme de toutes les couleurs, Eclatante blancheur, celle du Salar L'enfant devient homme, et se fait guérisseur, de toutes les erreurs, Il vide nos mémoires Il embrasse l'immensité de son art Ses figurines de sel sont autant de phares Qui réchauffent les âmes, éclairent les regards Voyageur si tu le croises, oh, ne va pas croire Que dans sa vie tout n'est qu'ombres et désespoir Sa vision dissipe le plus noir des brouillards Par ses présents, il scelle autant de pactes Avec ceux qui entrent en contact avec ses étranges artefacts Si d'aventure, en miniature, il t'offre un avatar, attends-toi à faire le grand écart Avec ta vie d'avant, un gouffre te sépare Ex-voto, poupée vaudou ou dagyde qu'importe le nom ce n'est plus toi qui décides Ton avenir a déjà quitté la voie de garage Où tu restais coi Il a fait de toi un prophète, Salar n'est que l'alpha de ta quête Ne l'oublies pas les jours, les jours de diète Quand t’es pas à la fête Ses yeux sont la somme de toutes les couleurs, Eclatante blancheur, celle du Salar On a toujours plus à donner que les valises qu'on peut trainer Il n’est jamais trop tard dans les yeux du Salar
14.
Pouce levé 03:24
En Colombie on lève le pied, On cueille la vie au pied levé L'accueil ici c'est pouce levé Les stations essence du pays prennent des airs de pitstops des Grands Prix Une fois le réservoir rempli, c'est pouce levé, Tout est ready Les militaires de chaque côté de notre route sécurisée Même en treillis, c'est pouce levé C'est bon les gars, pouvez passer Le premier et très vite des milles et des cents - what a funny game they play in there Sur les cordillères qu'on monte et qu'on descend - oh sure this one is not a hitch hiker Le pouce levé c'est la Colombie au présent - but I must say that’s a good way to say that everything is fine I’m fine, you’re fine, she’s fine, looks like we’re all brothers of the same kind but I am wondering what happens when someone crosses the line - Notre parcours n'est plus que bonheur, Du tinto offert de bon coeur La vie s'écoule le pouce levé Ponctuée à chaque nouvel arrêt Et quand le vent nous force à l'attente à Ruitoque pour le parapente C'est encore par un pouce levé Que le grand saut nous est accordé Dans les mines de Zipaquira, la pioche résonne sur les parois Quand les cristaux volent en éclats, C’est pouce levé Encore une fois Le premier et très vite des milles et des cents - what a funny game they play in there Sur les cordillères qu'on monte et qu'on descend - oh sure this one is not a hitch hiker Le pouce levé c'est la Colombie au présent - but I must say that’s a good way to say that everything is fine I’m fine, you’re fine, she’s fine, looks like we’re all brothers of the same kind but I am wondering what happens when someone crosses the line - Sur les fincas de Guayabal, là où le café donne le bal Et c’est la note finale pouce levé On déguste et on se régale, De Barichara à Guane, les rois incas nous ont précédés, Leurs sacrifices, le pouce levé J'ai ouïe dire que sur le Camino Réal, Le peuple leur faisait déjà ce geste ancestral... le pouce levé Et si El Che était passé par les mêmes coins, personne n'aurait entendu parler de son poing, En Colombie c'est pouce levé qu'on fait son chemin.
15.
Point mort 04:53
Where are all my dreams gone at the end of all Are they gonna leave me alone for true when all that is gone Fauché en plein vol comme l'autre goéland Percuter le sol tendre un grand voile blanc (when all that is gone) Dérive au point mort les deux ailes brisées Sur l'océan de plomb aux allures étriquées Refrain J'ai des vagues à l'âme et les larmes salées Ma maison prend l'eau, ma plume est délavée Chaque jour de plus est un jour de moins, une triste devise pour un soir chagrin Lorsque le verre à la main semble toujours, toujours un peu moins, qu'à moitié plein. Rejoindre mon perchoir pour un nouveau soir Et crever sans espoir d'un prochain départ Où donc est le monde s'il n'est plus sous nos pieds Pour mon âme vagabonde, l'addition est salée Les routes et chemins se tordent et se nouent Dans un noeud gordien, la corde sur le cou Tout tombe en lambeaux, j'ai le coeur en vrac J'en ai plein le dos, je vide mon sac. Refrain Percer l'horizon, dans une autre vie Passer les saisons, que revienne l'envie Comme une hirondelle perdue en hiver Et mon cri qui gèle, se brise en enfer Comme un château de cartes, sans esquisse de trésor Avant que la mer ne parte en m'oubliant au port Du haut d'un arc-en-ciel où éponger ma peine Que dilue le soleil, c'est quand même bien ma veine. Refrain Passent les kilomètres et dans tous les bivouacs Je cherche où me mettre, où est passée la niaque ? Braver les tempêtes, les sommets les plus hauts Et finir si bête, noyé dans un verre d'eau Si demain n'était rien, si demain n'était rien Si demain n'était rien qu'un avenir incertain Moi je prie que demain, que demain ne soit rien Qu'un avenir incertain, bien mieux que le mot Fin. J’ai des vagues à l’âme et les larmes salées Ma maison prend l’eau, ma plume est délavée et s’est mise à sécher Where are all my dreams gone at the end of all Are they gonna leave me alone for true when all that is gone
16.
'J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire' [Blade Runner] Quand il n'en restera plus rien Que quelques îlots épars ou un désert de rocs Rien qu'une mémoire androïde en orbite autour d'une vieille terre désœuvrée Il fut un temps où la terre était bleue, je me souviens d’un temps où la terre était bleue C'était un temps d'avant ma naissance Quand le mot humanité avait encore un sens Il fut un temps où la terre était bleue, Je me souviens d'un temps où la terre était bleue Qui comprendra cette dame de fer, flambeau éteint, encalminée Alligators et flamants roses festoieront-ils avec les fils de Noé ? Les montagnes rouges du Nouveau-Mexique survivront-elles à la nuit noire Quand les ocres d'Antelope Canyon auront fui jusqu'au cœur du peintre au désespoir ? Quand les geysers de Manana auront rendu leur dernier souffle Les bateaux ivres de Xochimilco ne seront plus qu'un cimetière de vieux rafiots Au fond d'un lac aux couleurs de Guanajuato, Une Atlantide d'une Amérique sous l'eau Tribal screaming Les pyramides sombreront à nouveau dans un sommeil sans artifice La terre a bien fini de s'abreuver du sang des sacrifices Dilapidé l'or blanc du grand Salar d'Uyuni Le sel de la vie n'a pas suffi à conjurer les fumeux maléfices Quand les géants verts d'Amazonie auront rejoint le Grand Esprit Comme un SOS en guarani qui part en fumée vers l'infini Des cataractes d’Iguazu, la folle furie sera tarie Laissant exsangues nymphes et ondines, lente agonie, lente agonie Je me souviens d'un temps où la terre était bleue (bis).... Si bleue Quand il n’en restera plus rien, quand il n’en restera plus rien, plus rien, plus rien We cannot let us under fire, we cannot let us down Find a way through desire and get us quickly out of town Il fut un temps où la terre était bleue, je me souviens d’un temps où la terre était bleue C'était un temps d'avant ma naissance Quand le mot humanité avait encore un sens Il fut un temps où la terre était bleue, Je me souviens d'un temps où la terre était bleue "dialogues" [Blade Runner] Quand le vent triomphant traversera Nazca à toutes voiles Balayant d'un trait les ancestraux reflets d'étoiles Qui se souviendra de ce point bleu sur la grande toile De cette vieille terre qu'on a vidée jusqu'à la moelle Quand il n'en restera plus rien Que quelques îlots épars ou un désert de rocs Je me surprends encore à croire qu'il restera un homme sur ce monde en loques Pour creuser un sillon, y semer l'espoir et faire avancer son soc. Chorale "et tous ces moments se perdront dans l'oubli, comme les larmes, dans la pluie" [Blade Runner]
17.
Are you ready? Let’s go! Si par hasard sur nos traces, tu viens à marcher demain Saches que nous avons volé en route des images, des sourires, des rires Si près d'un lac à Halifax, viens à croiser la famille Clark Et dis leur, dis leur, dis leur qu'on les porte dans nos cœurs Tadoussac Trois-Rivières Marbleton Coaticook Montréal Ottawa Toronto New-York Et dans toutes ces terres d’accueil, de rencontres en découvertes De nouveaux cœurs que l’on cueille, du nord au sud ou d'est en ouest Annie, Stéphane et Jiu Lian, des inconnus qui ne le sont plus Dis leur, dis leur, dis leur qu'on les porte dans nos cœurs A la famille aussi dis leur, Sherbrooke, New-York, San Diego, Monterey Mieux qu'un bivouac un havre de paix Dis leur, dis leur, dis leur (x3) Qu'on les porte dans nos cœurs Vous trouverez sur nos traces ceux qui furent là le temps d'une halte Joannie, sa little family, au McDo, sur le sable chaud Linda! Béa! De la lecture! Le Belize et les Penner mennonites Dis leur, qu'on les porte dans nos cœurs Lancaster Richmond Savannah Cap-Canaveral Miami Key-Largo Orlando New-Orleans Sans oublier ceux qui dans l’aventure ont soulagé quelques tourments Ceux qui furent là dans les coups durs, les Hernandez de Tehuacan Ou simplement pour le 'bon temps' comme les suisses de la Plantation Dis leur, dis leur, qu'on les porte dans nos cœurs Et à tous ceux qu'on a laissés, Christian, Armelle... René, Barbara, Marie et ses gars Je ne pourrais jamais tous les citer. Comme nous sur la route, la liste n'est pas figée, Dis leur, dis leur, dis leur, dis leur, dis leur surtout, Qu'on espère les recroiser un jour. Bayou Lake-Martin Fort-Worth Amarillo Petrified-Forest Painted-Desert Monument-Valley Grand-Canyon Los-Angeles Big-Sur San-Francisco Las-Vegas Topolobampo Angahuan Mexico Oaxaca Zipolite Tikal Playa-del-Carmen Akumal Chetumal Antigua Coban Concepcion-de-Ataco Cerro-Verde Libertad
18.
Certes ils n'en auraient pas pris offense, parlé d'un oubli sans importance mais ça aurait manqué de sens si j'avais passé sous silence les autres au coeur de notre itinéraire une nouvelle liste à la Prévert disséminés sur quelques vers, des prénoms de notre univers Armadillo13 qui ont fini de nous convaincre pour la Colombie alors qu'on en était encore, qu'au Guatemala Bart et Natacha, grâce à qui depuis on n'a plus jamais manqué d'énergie la Couvalventure, avec un grand A, Puis ce fut le tour d'un routier à jamais inconnu, et du vaillant Raphaël, l’entraide dans les galères incongrues La famille une nouvelle fois, pour quelques jours au Costa Rica Et déjà l'Am'sud où tous les pompistes nous ouvrent les bras avec une mention spéciale à Rodolpho ainsi qu’aux filles de Lima Une autre frontière, un autre décor aux portes de la jungle, ensemble dans l'effort ceux de Los Monos Quentin, Caro, Arno, Cynthia, Marie, Pierre, Noëlla, Jonathan, Yvon, sans oublier bien sur les excentriques Nana et Patrick Pour vous remercier je le fais de vive voix ! D'autres routards à nouveau, wideEyes et Julien et Léa Puis Sarah et Edouard, encore merci pour le Routard Une autre famille, une denrée rare, five happy hoppers qui surgissent du Salar Dans un autre style il y a les restos, qui se la jouent lieu d’accueil à l’impro Le Minuteman d’Uyuni ou le Crepers de Salento Pour les rencontres version internationale, San Pedro de Atacama emporte la médaille Après une famille de néo-zélandais, on suit les traces de Big Foot venu d’Uruguay Entre deux étoiles d’un planétarium, deux retraités dont le nom s’est envolé ou derrière quelques pierres d’un mur plusieurs fois centenaire, Alain et Fabienne qui nous ouvrent la route vers d’autres casa trotters N’oublions pas les stoppeurs qui ont partagé notre maison pour quelques minutes ou quelques heures Giovani et Lucas, dans leur noble quête du meilleur vin, Diego, Gabriel, vos gemmes nous accompagnent au quotidien Marcelo en amuseur public, même sans son nez de clown Et la courageuse Mathilde, qui a écouté Kyra avec une patience élastique. On arrive à la fin, et ceux qu’on croise maintenant N’en sont eux qu’au début, hormis Lulu la tortue. Pour memepascap ou pour Hervé, Laurence et leurs deux gars C’est un voyage qui commence, à leur tour de mener la danse... Et finalement, on n'irait pas la voir cette colline au nom complètement imprononçable? C'est comment déjà? 'Taumatawhakatangihangakoauauotamateaturipukakapikimaungahoronukupokaiwhenuakitanatahu'
19.
Connaissez-vous le blues de Cajun l'alli ? Qui rêvait d'voir ses cousins, là-haut en Acadie ? De Lake Martin à la Nouvelle Orléans, la trace était facile De son bayou à l'océan sur l'eau toujours gracile Mais une fois à la grande ville il perdit son élan distrait par les futiles lumières des estivants Longtemps dans Bourbon Street il erra, sans comprendre la raison du pourquoi ces hommes bruyants en émoi s'extasiaient au son des tubas Le zydeco il connaissait mais le jazz c'était autre chose le temps que son oreille s'y pose d'un autre son déjà il rêvait Autant prévenir tout de suite, ami, il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient qu'on est le mieux servi. Autant prévenir tout de suite, ami, il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient qu'on est le mieux servi. Majestueux sur le delta du Mississipi de grands bateaux à aube plein de promesses mais aucun n'accepte les allis c'est donc à pied que Cajun poursuit sa messe Sur la 61 Highway suivant le fleuve jusqu'à Memphis et puis plus loin vers Thunder Bay vers quel destin son corps se glisse ? Sur le chemin échos résonnent d'autres pionniers de la Blues Highway Sykes, Kelly, Batts et les Sparks chantaient et dans son cœur change la donne d'une impulsion il fait demi-tour le vrai message le prend aux tripes qui lui susurre l'espérance de retour du blues il ne garde qu'un beat Autant prévenir tout de suite, ami, il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient qu'on est le mieux servi. Autant prévenir tout de suite, ami, il n'ira pas bien loin, Car c'est d'là d'où on vient qu'on est le mieux servi. De kilomètre en kilomètre il reprend la route en sens inverse pour retrouver le grand bien être de son bayou la douce ivresse mais pour conclure en hamburger entre deux tranches de pain de mie la vérité l'effroi l'horreur C'est là qu'Cajun finit sa vie C'est d'là qu'on vient qu'on est le mieux servi C'est d'là qu'on vient qu'on est le mieux servi C’est triste mais c'est ainsi

about

"Nous n'avons pas pour ambition de parcourir les étoiles, comme dans l'opéra rock 'Athon', mais espérons quand même que vous pourrez voyager loin avec nous, dans le même esprit !"

Dust

credits

released December 4, 2016

Lyrics by Dust
Music by Monmix
Cover by Djeldi

And big Thanks to VVedge qui m'a poussé à écrire les premiers mots de ce fantastique voyage musical (anecdote disponible en extra sur demande ;-) ).
Dust

license

all rights reserved

tags

about

Monmix Rome, Italy

contact / help

Contact Monmix

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Monmix, you may also like: